" />

Casus Belli

Géopolitique - Politique - Société

L'Amérique latine succombe au soft power sud-coréen

 

hallyu

Le terme "Hallyu" (한류) désigne la vague culturelle sud-coréenne qui déferle sur une bonne partie du monde. Sa figure de proue actuelle, Psy et sa daube interplanétaire Gangnam Style, symbolisent assez bien le succès du divertissement made in Korea. Près d'un milliard de visionnages ont été recensés sur YouTube depuis le mois de juillet 2012 !

L'Amérique latine n'échappe pas à ce déferlement. En dépit de l'éloignement géographique et de la barrière de la langue, des milliers de vidéos de jeunes latino-Américains de déhanchant sur la K-Pop sont régulièrement postées sur les réseaux sociaux. Les concerts des groupes sud-coréens font salle comble et le public n'hésite pas à camper dans la rue pour acheter un billet pour assister au spectacle du groupe JYJ. 

Pour l'agence de presse officielle sud-coréenne Yonhap, cet engouement est un relais d'influence pour la diplomatie de Séoul : "à l'heure ou le Hallyu se répand dans le monde, la Corée du Sud compte utiliser le succès de sa culture populaire pour promouvoir sa diplomatie publique, particulièrement en Amérique latine où la culture asiatique commence vraiment à s'implanter". 

Pour l'ambassadeur de Corée du Sud au Pérou, Park Hee-kwon, "la diplomatie publique est souvent considérée comme quelque chose d'abstrait qui tarde à porter ses fruits. Mais l'absence de soft power nuit à la diplomatie dans son ensemble". Les relations entre la Corée du Sud et le Pérou ont récemment été scellées par la signature d'un "partenariat stratégique global". En six ans, le volume commercial entre les deux pays a été multiplié par six et atteint 2,5 milliards d'euros selon Séoul.

Plus au sud, le Chili compte environ 200 fan clubs de K-Pop regroupant 20 000 membres. Selon l'ambassadeur sud-coréen à Santiago du Chili, Hwang Eui-sung, la diplomatie sud-coréenne cible la jeunesse chilienne et comble un vide : "le gouvernement chilien ne produit pas assez de programmes pour la jeunesse. Pour nous, il s'agit d'une stratégie de niche dont la dynamique peut créer un effet d'entraîenement". Les résultats comment à se faire sentir. Près de 1 000 étudiants chiliens se disent intéressés par la possibilité de poursuivre leurs études supérieures en Corée du Sud. Un chiffre apparemment modeste à mettre en rapport avec une population estimé à 17 millions d'habitants.

 

Source :

 

Sur le même thème :

 


Commentaires

Poster un commentaire