" />

Casus Belli

Géopolitique - Politique - Société

03 mai 2012

La France réorganise sa diplomatie d'influence culturelle au Japon

institut fra japEn 2008, la France et le Japon célébraient le 150ème anniversaire de l'établissement de relations diplomatiques entre les deux pays. En 1952, le gouvernement français lançait la construction de l'Institut de Tokyo, un établissement culturel destiné à développer les relations culturelles entre Paris et Tokyo. Soixante ans plus tard, la France s'apprête à inaugurer une nouvel outil de sa diplomatie culturelle : l'Institut français du Japon.

Le 10 mai prochain, "une soirée de prestige" réunira l'ambassadeur de France au Japon Christian Masset, le président de l'Institut français Xavier Darcos ainsi que 500 invités et artistes à l'occasion de l'inauguration du nouvel institut culturel.

La création de l'Institut français du Japon (IFJ) correspond à la fusion des nombreuses institutions culturelles que la France possède sur le territoire japonais : établissements culturels de Tokyo, Yokohama, Kyoto et Fukuoka ainsi que le service culturel de l'ambassade de France au Japon. Le nouvel institut deviendra ainsi la plus importante institution culturelle française en Asie.

Afin de toucher un public plus large que ses "cibles" intellectuelles traditionnelles, l'IFJ proposera des activités particulièrement variées : gastronomie, création contemporaine, langue française, industries culturelles...

La diplomatie d'influence française au Japon s'appuie par ailleurs sur un solide réseau d'institutions culturelles et éducatives : Alliances françaises (dans cinq villes), la Maison franco-japonaise, le Lycée français international de Tokyo et l'Ecole française du Kansaï.


 

Source :


Sur le même thème :

 

Posté par altiplano à 15:51 - Stratégies d'influence - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Commentaires

    Non sans blague ???

    Une institution plus forte pour une meilleure représentativité en Asie .... C'est ce qu'on lit partout sur le net pour "saluer" cette nouveauté MAIS QUI A PARLÉ DES PREMIERS CONCERNÉS PAR CETTE MESURE ? Vous savez ceux qui sont toujours dans l'ombre et qui ne verront pas l'ombre d'une amélioration pour leurs conditions de travail ?
    OUI LES ENSEIGNANTS VACATAIRES DE FLE !!!
    Connaissez-vous le statut d'un enseignant vacataire ?

    C'est :
    - Aucune prestation sociale prise en charge
    - Aucune assurance chômage
    - Aucune prise en charge du coût des transports
    - Aucune reconnaissance ni valorisation de leurs diplômes et de leurs expériences
    - Aucune augmentation possible de salaire calculé et maintenu volontairement au prorata du nombre d'étudiants par classe (climat de concurrence détestable garanti dans l'équipe enseignante)
    - Aucune possibilité de prise en charge de financement pour la formation continue

    C'est aussi :
    - Une évolution de carrière inexistante (postes de direction réservés aux parachutés du MAE et ceux de coordination attribués aux questionnables VI)
    - Une politique de recrutement "obscure" où les enseignants professionnels (diplômés FLE et expérimentés) sont mis en concurrence avec les femmes de « … » (directeurs de grandes entreprises françaises), les étudiants des grandes écoles ou des enseignants de l’EN aux disciplines et compétences bien lointaines de celles de l'enseignement du FLE
    - Une disparité des salaires allant du double au quadruple entre ceux nommés par le MAE et ceux recrutés en local
    - Une obligation d'assurer des heures d'astreinte pédagogique non rémunérées
    - Une indifférence totale de la plupart des acteurs (Service culturel des ambassades et autres)

    Alors quand ceux-là (les vacataires) qui sont pourtant une pièce maîtresse pour la bonne santé de la promotion du français à l'étranger, se voient autant méprisés, la création "ronflante" d'un Institut ne leur amènera aucun changement, à moins que vous en parliez vous, sur votre blog !!

    Posté par Jean-Jacques, 15 mai 2012 à 16:03

Poster un commentaire