" />

Casus Belli

Géopolitique - Politique - Société

18 novembre 2011

Napoléon, Empereur de la propagande

NapoleonIl s'agit de l'une des représentations de Napoléon les plus connues : Bonaparte franchissant le col du grand Saint-Bernard. Peinte en 1800 par Jacques-Louis David, cette huile sur toile montre "l'Empereur de tous les Français" juché sur un puisant cheval blanc, le regard fixant le spectateur et  le doigt pointé vers de nouveaux territoires en conquérir...

Au-delà du simple exercice pictural, l'oeuvre de David est un remarquable exemple de travail de propagande comme le rappelle le site Histoire Image : "l’œuvre de David est devenue une véritable icône. Le tableau tire toute sa puissance de sa conception. David, conseillé aussi en cela par Bonaparte lui-même, chercha à dépasser la simple représentation de l’événement. Il voulut en faire le prototype magnifié de la propagande napoléonienne".

Conservé au Musée national du Château de Malmaison, le tableau de Jacques-Louis David inscrit le passage du col du grand Saint-Bernard par Bonaparte dans une longue séquence historique marquée par les noms d'illustres prédécesseurs : les noms de Hannibal et de Charlemagne (Carolus Magnus) sont gravés dans les rochers situés au premier plan de la toile.

Selon Histoire Image, "le tableau s’est mué ici en image. Il synthétise le général, le consul et l’Empereur. Sous cet angle, on peut affirmer que la propagande bonapartiste a parfaitement fonctionné et fonctionne encore".

La réalité du passage du col du grand Saint-Bernard fut moins glorieuse : Napoléon le gravit à dos de mule revêtu d'une simple redingote grise...


Source :

 

Sur le même thème :

 

Posté par altiplano à 15:54 - Stratégies d'influence - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Commentaires

    ce fut une rude bataille pour moi avec ce puzzle de 5000 pieces. d'une certaine maniere j'ai franchi le col

    Posté par lecracleur, 19 novembre 2011 à 11:48
  • Napoléon

    L'histoire de la mule est véridique, mais quand on connait la configuration du col durant la mauvaise saison, il faut plutôt acclamer Bonaparte pour avoir réussi à faire passer l'armée de réserve à cet endroit. Pour info, sur le versant italien du col juste après l'Hospice, il a fallu faire descendre l'infanterie, la cavalerie et l'artillerie par le tristement célèbre couloir de l'Echelette (une véritable prouesse quand on songe aux moyens de l'époque)!

    Posté par marcel, 28 novembre 2011 à 09:20

Poster un commentaire