" />

Casus Belli

Géopolitique - Politique - Société

26 avril 2011

La communication stratégique selon Alastair Campbell

campbellAlastair Campbell fut le très efficace directeur de la communication et la stratégie de Tony Blair. Il hérita, à ce titre, d'une réputation de spin doctor particulièrement redoutable et influent. Invité à plancher par la fondation Terra Nova sur le thème de  la communication politique pour les partis de gauche, Alastair Campbell a plaidé, en français, pour un recours parfaitement décomplexé aux techniques de communication mais à condition de respecter un principe intangible : "la stratégie est plus importante que la communication. Il faut donc élaborer une stratégie claire et compréhensible par le parti politique et par le public". Ce qui fut fait lors de la campagne électorale de 1997 qui vit Tony Blair accéder au 10 Downing Street avec une stratégie : le New Labour... "Le slogan est très important, c'est comme un rocher auquel s'accrocher... Le New Labour signifiait modernisation, changement".

Alastair Campbell, qui fut journaliste avant d'être conseiller en communication, sait que la société politico-médiatique évolue souvent parfois à des années-lumière des préoccupations des électeurs et, de ce fait, ignore leurs aspirations : "il faut comprendre que le public ne vit pas dans la même bulle que les politiques et les journalistes. Même quand le public écoute, il retient peu de choses du discours. Il faut donc répéter, répéter, répéter... sans donner l'impression de répéter". Le "public" appréciera.

Présenté par Olivier Ferrand, président de Terra Nova comme "la figure de la communication politique en Europe", Alastair Campbell reste fidèle aux décisions prises par Tony Blair y compris les plus impopulaires comme la décision d'envahir l'Irak en 2003 au côté des Etats-Unis. Sur ses conseils, l'ancien Premier ministre britannique martela jour après jour un argument "clair et compréhensible" : les Etats voyous risquent d'accéder aux armes de destruction massive... Il faut donc les en empêcher. Avec un résultat pour le moins contrasté puisque Tony Blair est encore brocardé aujourd'hui comme le caniche qui a obéi à son maître George Bush.

A l'heure où le web change la donne, Alastair Campbell constate que "le public a tendance à ne croire ni les hommes politiques, ni les journalistes et qu'il s'exprime désormais sur le web. Il faut désormais investir les réseaux sociaux". Chose faite pour le spin doctor dont le compte Twitter affiche aujourd'hui près de 72 000 abonnés. 

 

Source :

 

Sur le même thème : 

 

Posté par altiplano à 23:38 - Stratégies d'influence - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Commentaires

Poster un commentaire